Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

croissy

  • Café démocrate à Chatou

     

    Fadila Mehal - ChatouLe Mouvement Démocrate de Chatou et Croissy avait organisé, ce jeudi 14 mai 2009 à 20 heures, un café démocrate sur le thème de « l’Europe face aux défis mondiaux ».
    Michèle Houssin et Yasmine Sadji, référentes du Mouvement Démocrate respectivement pour Chatou et Croissy, ont ainsi pu accueillir Elisabeth Saunier, 13ème de liste en Ile-de-France, et élue locale, et Fadila Mehal, 3ème sur cette même liste.

     Fadila Mehal a  présenté la vision d’une autre Europe, fondée sur un projet fondamentalement humaniste, et qui permettrait enfin de donner un vrai sens aux mots « Union européenne ». Il faut davantage d’Europe, lorsque l’on constate le résultat décevant du G20, qui n’a aboutit, finalement, pour gérer le défi que représente la crise mondiale, qu’à obtenir 27 plans différents, non coordonnées, là où une action massive était -et reste!- nécessaire.

    Élisabeth Saunier a rappellé ensuite que l’Europe est aussi une grande démocratie, et qu’il appartient à chacun d’entre nous d’aller choisir ceux et celles qui vont nous représenter, et donner le cap à suivre pour l’Europe de l’emploi, pour la distribution des possibilités financières et sociales,…

    Dans une salle pleine à craquer les  questions témoignérent d’une franchise et d’une vraie connaissance de l'europe.De la politique économique ,à la politique sociale tous les enjeux du futur scrutin furent abordés

     

    Fadila Mehal - ChatouC’est une Europe démocrate, active et apte à relever les défis mondiaux que Fadila Mehal et Elisabeth Saunier, colistières du Mouvement Démocrate en Ile-de-France porté par Marielle de Sarnez sont ainsi venues présenter à Chatou.

  • Café démocrate le 14 mai 20 h

    Marielle de Sarnez, Bernard Lehideux, Fadila Mehal, soutenez le MoDem pour les Européennes de 2009

     

    Café Démocrate

     

     

    avec Fadila Mehal

     

     3ème de liste en Île-de-France

    et Elisabeth Saunier 13ème liste

    « L'Europe face aux défis mondiaux »

     

     

                                             Au Café «Le California »                      

              Jeudi 14 mai 2009 à 20h            2, avenue Guy de Maupassant         

                        à Chatou                                Bus : ligne 2, station Claude Monet 

     

    pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Michèle Houssin  mhoussin@yahoo.com et Yasmine Sadji sadjiy@yahoo.fr

     

  • lettre modem78

    Pierre LE GUERINEL et l'Equipe-Communication sont heureux de vous adresser la "Première Lettre MoDem 78".

    Cliquer ici http://www.modem78.org/uploads/lettre_d-info_mars09.pdf

    Bonne lecture et à bientôt.

    Amitiés démocrates.

    Catherine FORTY de LAMARRE

    Equipe Communication

  • dimanche 29 mars convention

    Le Mouvement Démocrate organise la première Convention thématique européenne sur le thème "La France et l'Europe face à la crise". François Bayrou clôturera la Convention qui a lieu :
    le dimanche 29 mars, de 9 heures à 14 heures, à la Maison de la Chimie - 28 rue Saint Dominique, Paris 7e, M°/RER : Invalides

    Le nombre de places étant limité, n'oubliez pas de vous inscrire par mail à l'adresse suivante: conventioneurope@lesdemocrates.fr

    ou par téléphone au 01 53 59 20 00.

    Une pause café/viennoiseries est prévue vers 11h30.


    Programme :
    - Table-ronde "Quelles réponses à la crise économique et financière ?"
    - Table-ronde "Pour un nouveau modèle économique et social européen"
    - Discours de François Bayrou




    Seront présents les candidats du Mouvement Démocrate aux élections européennes :
    Marielle de SARNEZ, Corinne LEPAGE, Jean-François KAHN, Robert ROCHEFORT, Jean-Luc BENNAHMIAS, Sylvie GOULARD, Jean-Marie BEAUPUY, Bernard LEHIDEUX, Nathalie GRIESBECK, Anne LAPERROUZE
    et Jean PEYRELEVADE, président du groupe-projet Union économique et monétaire, politique commerciale et budget.

    Avec la participation notamment de :

    Philippe DESSERTINE, Directeur du Centre d’Etudes et de Recherches sur les Organisations et la Stratégie (CEROS) à l'université de Paris X et de l’Institut de haute finance (IHFI).

    Jean-Baptiste de FOUCAULD, Ancien commissaire au plan, chargé de plusieurs rapports publics, dont un rapport sur l'épargne salariale publié en 2000.


  • sondage pour les européennes

    medium_bayrou_europe_2.3.jpgLe Parti socialiste recueillerait 23% des voix, l'UMP 26% et le MoDem 14,5% des intentions de vote si les élections européennes avaient lieu dimanche prochain, selon un sondage Ifop pour Paris-Match publié mardi.
    Cette enquête montre aussi une percée du Mouvement démocrate de François Bayrou, qui recueille 14,5% des intentions de vote, soit une hausse de 2,5% par rapport au précédent sondage, réalisé en janvier. Le camp du député béarnais avait recueilli 11,9% des voix lors du dernier scrutin européen en 2004.

    A l'extrême gauche, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) soutenu par Olivier Besancenot recueille 9% des intentions de vote (+1), et Lutte ouvrière 3% (-1). Le Parti communiste de Marie-George Buffet et le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, mis dans la même catégorie par l'Ifop, feraient ensemble 4%, un score stable.

    En un mois, les Verts soutenus par Daniel Cohn-Bendit et José Bové perdent quatre points, à 7%, et le Front national un point, à 6%.

    La proportion de personnes sans opinion est de 8%.

    Le sondage Ifop a été réalisé les 12 et 13 février sur un échantillon de 862 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d'un échantillon de 952 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

  • les réseaux du coeur

    Dimanche, le Modem a présenté ses têtes de liste pour les élections européennes.

    En reconduisant Marielle de Sarnez, Jean-Luc Bennahmias, Corinne Lepage et le dernier venu Jean-François Kahn (fondateur de Marianne), le MoDem a misé sur la notoriété de ses têtes de liste plus que sur le renouvellement .

    J'ai rarement employé le je mais avant de reprendre mon rôle de militant ,colleur d'affiche et distributeur de tracts permettez moi d'adresser une recommandation à nos dirigeants.Arrétez de nous prendre pour des novices de la politique .Arrétez de croire que seul les réseaux font les élections et ne vous laissez pas aveugler par votre ambition en oubliant le seul réseau capable de faire gagner une élection le réseau du coeur

    A bientôt Quitterie

    Sur Le Post, Quitterie Delmas explique pourquoi elle n'a pas été désignée comme tête de liste, les raisons de son départ du MoDem et annonce qu'elle veut "sortir du jeu politique".

    Pourquoi avez-vous quitté le MoDem?
    "Simplement parce qu'après une longue réflexion personnelle, alors que, oui, je pouvais être candidate du MoDem aux européennes -et ça peut paraître fou de refuser une investiture à mon âge- j'ai décidé de renoncer à la politique partisane. Mon chemin n'était plus d'essayer de changer le système de l'intérieur. Dorénavant, j'ai envie de passer à autre chose. Réfléchir, prendre du recul par rapport à la politique telle qu'on la voit aujourd'hui, essayer de trouver une autre manière d'aborder l'action publique. Je sais, c'est un peu le saut dans le vide, l'inconnu..."

    Envisagez-vous de créer un nouveau parti?
    "Non, une des réponses à la crise politique et démocratique ne se fera pas en créant un énième parti. Les mêmes causes produiront inévitablement les mêmes effets."

    Avez-vous été contactée par le staff de Ségolène Royal, comme l'affirme Christophe Ginisty sur son blog?
    "Ginisty fait partie des gens qui sont dans l'ancien schéma politique. Si on part, c'est pour se vendre ailleurs. Un peu trop 'Amour, Gloire et beauté' à mon goût. Évidemment que j'ai des contacts avec des personnes dans d'autres partis. C'est le principe même des rencontres via la République des blogs, sur Internet, Facebook. C'est d'ailleurs ce qui a fait exploser les frontières partisanes, en dessous des directions des partis qui se livrent une guerre sans merci."

    "Les adhérents de la base se parlent de plus en plus... Nous sommes souvent plus proches entre nous que des élus qui nous représentent, paradoxal, non ? En tout les cas, il me semble avoir été claire: après le MoDem, les partis, pour moi c'est fini ! Je ne suis pas à vendre. Je trouve ces logiques d'encartage dépassées et inadaptées à notre siècle. Au 20ème siècle, vous vous mariiez avec une entreprise, un parti pour 25 ans. Aujourd'hui, il faut sans cesse innover, repenser, inventer. Tout s'est accéléré."

    Qu'est-ce qui vous irrite dans la politique partisane?
    "L'incapacité des partis à anticiper et innover, à faire émerger des gens nouveaux porteurs de solutions, ils sont paralysés par les enjeux électoraux. Il y a aussi un immense problème d'exemplarité de la part des partis qui donnent des leçons à tout le monde, mais qui ne se réforment pas eux-même."

    "La crise va être sans précédent, il faut radicalement changer notre façon de trouver des solutions concrètes. Nous sommes à un tel stade de déliquescence de l'image de la classe politique qui a beaucoup dit, tout et son contraire et peu réalisé, qu'il faut se désormais penser à trouver de nouveaux moyens d'action."

    Quels nouveaux moyens d'action?
    "Il faut sortir des logiques traditionnelles et encourager l'émergence de la société civile. Les initiatives concrètes. Il y a du potentiel en s'appuyant sur les gens plutôt que sur les institutions, des entrepreneurs, des associatifs, des chercheurs, des étudiants, en se servant d'Internet...Toutes les connexions existent déjà depuis la République des blogs."

    "Beaucoup de gens sont investis, éparpillés chacun dans leur coin. Ces gens ne se rendent pas compte qu'ils sont intéressés par les mêmes thématiques, les mêmes enjeux... Si ces gens se rassemblaient, cela pourrait être une force énorme. D'autres repères vont émerger. Il faut les inventer. La question, c'est comment on concrétise cela? Si je veux continuer à m'engager pour mon pays, il faut que je reste à la base de l'engagement citoyen."

    (Source: Le Post)