Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Elections européennes

    Le Mouvement Démocrate lancera sa campagne pour les élections européennes lors d'une "conférence nationale" le 8 février à Paris, avec l'ambition de faire "de nouveau aimer" l'Europe aux Français, a annoncé samedi son président François Bayrou, à l'issue d'un conseil national... "Le peuple français a cru profondément" en l'Europe mais "aujourd'hui, il y a comme un éloignement", a estimé devant la presse François Bayrou. Pendant sa campagne, le MoDem s'efforcera d'"imposer les changements nécessaires pour que de nouveau, les Français croient à l'Europe, aiment, soutiennent, l'idéal européen", a-t-il ajouté. (lire la suite)


    "Le MoDem est la seule formation politique à pouvoir avoir ce genre de réflexion, puisque toutes les autres sont coupées en deux, entre anti et pro-européens".

    Les quelque 300 membres du conseil national (structure qui correspondait au bureau politique du temps de l'UDF) ont adopté un calendrier et une procédure pour la désignation des candidats, a précisé le leader centriste. Le parti, qui veut présenter des candidats dans les huit circonscriptions, lance ce samedi 6 décembre le recueil des candidatures, jusqu'au 31 décembre.

    Les 13 et 20 janvier, le bureau exécutif examinera le rapport du groupe de travail sur la préparation des listes, placé sous la responsabilité du sénateur-maire d'Arras (Pas-de-Calais) Jean-Marie Vanlerenberghe, vice-président du MoDem, qui n'est pas lui-même candidat.

    Les listes adoptées en bureau exécutif seront soumises au vote par internet des adhérents, du 24 au 28 janvier. Selon M. Bayrou, "plus de 40.000" sont actuellement à jour de cotisations, et "entre 60.000 et 70.000" devraient l'être d'ici la consultation.

    Après validation des listes, les principaux candidats participeront à la conférence nationale du 8 février, "quatre mois jour pour jour" avant le scrutin, dans la salle parisienne de la Mutualité.

    Depuis plusieurs semaines, 16 "groupes de projet" composés de 3.200 adhérents du MoDem et placés sous la responsabilité de la députée européenne Marielle de Sarnez planchent par ailleurs sur diverses thématiques.

  • Bayrou chez à vous de juger

    bayrou.jpgLe Président du Mouvement Démocrate était l'invité d'Arlette Chabot sur France 2, jeudi 11 décembre à 20h50.

    François Bayrou a proposé jeudi la création d'un compte épargne crise doté de 1.000 euros, pour aider les plus modestes. "Pour ceux qui ont vraiment besoin, pour les salariés modestes, les retraités ou petites retraites, les étudiants, les apprentis, je propose qu'on fasse un compte épargne crise." Il a proposé qu'on mette à leur disposition 1.000 euros, pour traverser la crise. "Ce sera à mon avis un complément très utile, et ce n'est pas exceptionnel. George W. Bush a donné 1.200 dollars, l'équivalent de ce que je propose pour les Français. Ce serait une aide à la consommation pour les plus modestes, qui vont le plus pâtir de la crise", a-t-il fait valoir. Il a aussi réaffirmé que le plan de relance économique annoncé par Nicolas Sarkozy la semaine dernière n'était pas à la hauteur de la crise. "Je ne voterai pas ce plan."

  • François Bayrou refuse de cautionner un plan de relance dont il conteste l’ampleur

    bayrou.jpg

    François Bayrou enfonce un coin dans le plan de relance présenté par Nicolas Sarkozy. Le président du Mouvement démocrate (MoDem) a indiqué, samedi 6 décembre, à l’issue du conseil national de sa formation, qu’il n’envisageait pas de le voter lorsqu’il sera examiné à l’Assemblée nationale, début janvier 2009. Il avait pourtant voté le plan de sauvetage bancaire le 14 octobre.

    Pour l’ancien candidat à l’élection présidentielle, la relance Sarkozy “ne permettra pas de changer le visage de la crise”. “Il y a beaucoup d’habileté, pour ne pas dire d’illusion, sur sa présentation comptable, estime M. Bayrou, mais, au bout du compte, cela ne représente que 4 milliards d’euros d’investissements réels, soit à peine 0,25 % du PIB. On est très loin de l’effet de levier nécessaire. Ce n’est pas avec ça qu’on va arrêter ou détourner la crise.”

    Le député des Pyrénées-Atlantiques met en relation ce “plan peu substantiel” avec le montant du “paquet fiscal” adopté en début de législature, qui représente un coût annuel de 12 milliards pour le budget de l’Etat. “Une erreur majeure”, à ses yeux, qui “prive la France de toute marge de manoeuvre en période de mauvais temps”. “Nous allons sortir de la crise tout nus”, a, pour sa part, estimé Jean Peyrelevade, vice-président du MoDem chargé des questions économiques.

    M. Bayrou déplore l’absence de “réflexion commune” à l’échelle européenne. “On aurait dû mettre sur la table l’idée d’un grand emprunt européen à hauteur de 3 % du PIB, chaque Etat européen aurait pu puiser pour conduire ses politiques de relance”, suggère-t-il, plaidant pour une “mutualisation du risque”.

    A la critique de l’“insuffisance” du plan, le président du MoDem ajoute la dénonciation de la mesure annoncée par le chef de l’Etat qui vise à relever de 206 000 euros à 5,15 millions d’euros le seuil d’autorisation des procédures allégées d’appel d’offres pour les marchés publics.

    “C’est une décision dangereuse”, s’est-il élevé. “On ne peut pas se servir de la crise comme paravent pour faire sauter des règles prudentielles précisément dressées pour éviter les dérives des marchés de gré à gré dont on sait qu’ils ont été générateurs de tant de complaisances, voire de corruptions”, s’indigne-t-il, convaincu que, “en tout état de cause, le Conseil constitutionnel aura son mot à dire” sur ce sujet.

    Patrick Roger

    Le Monde.fr - Patrick Roger-08-12-2008

  • Elections européennes

    Européennes 2009 inscrivez-vous avant le 31 décembre

    L’année 2009 est après 2007 (présidentielles et législatives), et 2008 (municipales et cantonales) de nouveau une année élective.

    Nous en sommes convaincus : les élections européennes du 7 juin 2009 seront très importantes pour chacun d’entre nous. La crise que nous traversons l’a montré,  avec l’Union Européenne nous sommes plus fort face aux nouveaux défis mondiaux.

    Pour voter, il faut être inscrit sur les listes électorales. Vous avez déménagé dans l’année, vous êtes ressortissant d’un Etat membre de l’Union européenne, vous aurez 18 ans avant le 1er mars 2009…

    Pour les modalités d’inscription sur les listes électorale, merci de visiter le site :
    www.elections-europeennes.org/

    ATTENTION : Si vous êtes ressortissant de l’Union Européenne et inscrit seulement sur la liste électorale complémentaire pour l’Election Municipale, vous ne pouvez pas voter aux Elections Européennes. Vous devez faire, avant le 31 décembre 2008, une autre inscription sur la liste électorale complémentaire pour les Elections Européennes (qui est distincte de celle de l’Election Municipale).

    Allez vous inscrire, votez, ne laissez pas les autres choisir à votre place vos députés européens.